Charte

Objet de la charte

Cette charte a pour objet de définir les fondements du CoFoR. Elle permet l’établissement d’un climat de confiance, préalable nécessaire au partage, en toute confiance et liberté, des expériences, idées, opinions, ….

Toutes les personnes participant au CoFoR, et en conséquence à la construction du CoFoR, doivent avoir pris connaissance de cette charte, faire en sorte de l’appliquer, et de la faire appliquer. Cette charte s’applique à tous les échanges liés au CoFoR, que ce soit en présentiel (sessions, ateliers, focus, …), sur les réseaux sociaux ou sur la liste de diffusion (Framalist).

Confidentialité et Confiance réciproque

Un des objectifs majeurs du CoFoR est de favoriser l’auto-support et le partage expérientiel. Les thématiques abordées pouvant être sensibles, il est essentiel de bien respecter les notions de secret partagé et de respect mutuel.

Secret partagé

  • Ce qui se dit dans le cadre du groupe ne sort pas du groupe ;
  • Les participants peuvent échanger entre eux, mais ne peuvent raconter à des personnes extérieures les récits et propos tenus par d’autres personnes qu’elles-mêmes sans leur consentement.

Respect mutuel

Dans le but de faciliter les échanges, et de toujours rester dans le respect de l’autre et de ces singularités, la prise de parole doit respecter les règles suivantes :

  • Ne pas interrompre la personne qui est en train de parler : pour prendre la parole, on lève la main et attend que l’autre personne laisse la parole (cela comprend bien sûr ne pas élever la voix) ;
  • Intervenir en rapport avec le sujet de la discussion, dans l’échange et l’écoute des autres ;
  • Parler en son propre nom et aucunement au nom d’autrui ;
  • Respecter le fait que l’on a tous une zone de confort différente en ce qui concerne le contact physique. Certains sont tactiles, d’autres non, il est important de respecter la zone de confort de chacun ;
  • Laisser de la place à tous, ne pas monopoliser la parole, de façon à ce que chacun puisse s’exprimer.

Par ailleurs, des signes de communications non verbaux ont été mis en place en parallèle de ces règles pour faciliter les échanges. L’utilisation de ces signes n’est pas automatique, à utiliser dans les situations qui le nécessitent : sujet menant à controverse, nombre important de participants, …

Enfin, toujours quand la situation le nécessite, et toujours dans l’idée de faciliter les échanges, un maître du temps et un bâton de parole peuvent être définis avant démarrage des échanges. Leurs rôles respectifs sont de garantir un temps de parole équilibré entre les participants et de permettre à tous de s’exprimer.

En cas de besoin de sortir au cours d’une discussion

Il peut arriver d’avoir à sortir d’une discussion avant son terme pour diverses raisons personnelles. Il n’y a aucune contrainte de présence au CoFoR, par conséquent, il est possible de quitter une discussion à n’importe quel moment. Cependant, cela doit se faire en accord avec le principe de respect mutuel ce qui signifie sortir discrètement en perturbant le moins possible la discussion en cours.

Valeurs & philosophie

Le partage expérientiel et l’auto-support nécessite le respect des expériences vécues par chacun, ce qui implique :

  • Ne pas porter de jugement au sujet des expériences rapportées par autrui, ni sur ses propos ;
  • Ne pas tenir de propos racistes, xénophobes, classistes, sexistes, homophobes, politiques ou de manière plus générale, portant atteinte à a la dignité humaine et à la diversité des personnes et de leurs parcours, ainsi que de leurs expériences et leurs singularités ;
  • Aider l’autre, dans la mesure de mes possibilités, en respectant toujours ses volontés ;
  • S’engager à respecter le refus d’autrui, et donc à éviter tout comportement considéré comme intrusif (que ce soit physiquement, oralement ou via les moyens de communication).

Quelques points spécifiques concernant la liste de diffusion (Framalist) et de façon générale les communications numériques (mails, réseaux sociaux, …)

Le CoFoR dispose d’une liste de diffusion, dont l’objet est le partage des informations concernant le CoFoR et de façon plus générale la santé mentale et le bien-être. Cette liste est appelée Framalist et permet l’envoi des informations à toutes les personnes inscrites (étudiants, facilitateurs, coordinateurs, partenaires (IRTS, GEM, CMP, …).

Les messages envoyés sur la Framalist doivent respecter les principes énoncés dans cette charte. Le mode de communication écrit implique quelques principes supplémentaires :

  • La provenance du message doit être explicite, la signature en bas de mail est donc requise ;
  • La liste de diffusion contient tous les participants qui souhaitent contribuer au CoFoR et contient donc étudiants, facilitateurs, partenaires (membres de GEM, de l’AP-HM, d’associations, …). Il est par conséquent important que les messages diffusés soit d’intérêt commun et restent uniquement informatifs. Les messages personnels (opinion, prise de position, …) ne sont pas autorisés sur cette liste.

De façon générale, toute communication numérique, faite pour ou au nom du CoFoR, que ce soit sur la Framalist ou sur les réseaux sociaux, doit respecter ces principes.

Signes de communication

L’utilisation de ces signes de communication n’est pas obligatoire. Il peut être cependant plus confortable de communiquer non verbalement dans certaines situations, d’où l’interêt de les connaître.

Dans le cas d’une discussion regroupant un nombre conséquent de personnes, leur utilisation permet de réduire les échanges verbaux à ce qui est vraiment nécessaire à la communication. Par exemple, un accord ou un désaccord pouvant être exprimé par signes, cela réduit le bruit de fond et rend le contexte plus agréable.

« Je suis d’accord »

« Je ne suis pas d’accord », même signe avec les mains vers le bas

« Où veux-tu en venir ? » Avec les deux mains, je mime un moulinet.

« Tu as déjà dit ça », « On a compris, tu te répètes »

« J’ai une idée à proposer »

« Peux-tu parler plus fort »

Même signe avec les mains vers le bas pour moins fort

Point de silence, recentrage

 

Pause

 

Propos discriminants